Energies renouvelables : 2040, l’an annonciateur du paradis énergétique et environnemental

Claire Stephane Sacramento
Par Claire Stephane Sacramento mai 31, 2017 20:55 Actualisé

Energies renouvelables : 2040, l’an annonciateur du paradis énergétique et environnemental

Les prévisions en matière d’énergies renouvelables horizon 2040 rendent les souffrances en électricité quasi insignifiantes. L’accord de Paris sur le climat entré en vigueur en novembre 2016 est le révélateur des éventuelles performances très convoitées pour vite sortir l’humanité du gouffre énergétique.

80g de C02 par kWh en 2040 contre 515g émise actuellement, le solde de 435g réalise tout le confort sanitaire que concèdent les énergies renouvelables à l’humanité au travers des lignes du rapport 2016 réalisé par l’Agence Internationale de l’Energie. Les investissements spectaculaires attendus en 23 ans doivent porter à un taux de 60%  la production d’électricité provenant des énergies renouvelables, avec une préséance de près de la moitié de cette quantité d’origine solaire photovoltaïque et éolienne. L’environnement mondial à l’échéance très attendue va avoir un secteur de l’électricité à carbone totalement réduit. Il est de toute évidence établit, que l’atteinte d’une telle ascension relève de l’entière implication des majors de l’émission de carbone que sont la Chine, les Etats-Unis, l’Inde et l’Union Européenne, eux qui constituent dans le même temps les quatre plus grands marchés de l’électricité. La lutte engagée pour l’atteinte des indicateurs de performances ci-dessus énoncés porte donc en triomphe les énergies renouvelables intermittentes. Celles-ci deviennent la principale source de production d’électricité d’ici dix-sept ans soit en 2030 pour l’Europe et 2035 pour la Chine, les Etats-Unis et l’Inde.

L’atteinte des précédentes réalisations, à l’effet de restaurer une certaine harmonie de l’humanité avec l’univers qui l’héberge est tributaire de la réponse aux questions liées à l’accès à l’énergie, à l’accès au financement, au changement climatique et à la pollution atmosphérique liés à l’énergie, ainsi qu’aux problèmes d’acceptation publique de certains projets et de nombreux compromis. Aussi, doivent-elles être clarifiées des synergies et priorités dans le secteur énergétique. C’est d’ailleurs à cet exercice très pesant que se consacrent les experts ayant à charge le rapport World Energy Outlook (WEO) (Perspectives énergétiques mondiales) en s’appuyant sur différents scénarios et études de cas pour répondre à ces questions.  Des résultats issus des travaux menés sur l’évaluation de la production d’électricité, il est relevé une hausse de 40 % de celle-ci provenant des énergies renouvelables qui s’accompagne d’une augmentation de seulement 15 % des subventions cumulées pour un coût supplémentaire limité pour les consommateurs.

La quête du salut énergétique annoncée rime avec des efforts importants pour une baisse des coûts. En 2040, les prévisions par rapport au coût moyen du solaire photovoltaïque doivent diminuer de 40 à 70 % et celui de l’éolien terrestre de 10 à 25 %. Pour le cas spécifique de la Chine, déjà en 2025 les subventions par unité de production solaire photovoltaïque doivent diminuer de trois quarts pour les nouvelles installations. Quant à la situation prévue en  Inde, les projets solaires vont être compétitifs sans aucun soutien bien avant 2030. Il est à préciser que les subventions en faveur des énergies renouvelables sont actuellement de l’ordre de 150 milliards de dollars, dont 80 % dédiés au secteur de l’électricité, 18 % à celui du transport et environ 1 % à la chaleur renouvelable. En raison de la diminution des coûts et de l’augmentation prévue des prix de l’électricité pour l’utilisateur final, les subventions mondiales en faveur des énergies renouvelables vont connaître un déclin à partir des années 2030 et vont atteindre leur plafon à 240 milliards de dollars selon le rapport World Energy Outlook (WEO) (Perspectives énergétiques mondiales) mise en vigueur par l’Agence Internationale de l’Energie.

 

Par Romaric MONCHEBI

 

Claire Stephane Sacramento
Par Claire Stephane Sacramento mai 31, 2017 20:55 Actualisé
Écrire un commentaire

Pas de commentaires

Aucun commentaire pour l'instant!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.
les champs requis sont indiqués*